Les radars en général - Toute l'actualité des radars

A la découverte des radars mobiles nouvelle génération

Publié le 02 avril 2012

radar mobile mouvement

Depuis plusieurs années, le gouvernement planche sur des radars automatiques mobiles de nouvelle génération qui sont capables de contrôler la vitesse des autres véhicules à partir de véhicules en circulation.

Quatre radars de ce nouveau genre ont été testé l'année dernière sur nos routes sans distribuer de PV. Mais cela va changer avant la fin de l'année car le marché public pour le déploiement et la maintenance des radars mobiles de nouvelle génération a été publié au BOAMP au mois de février.

Le gouvernement a vu les choses en grand car si le marché comporte une quantité minimum de 20 dispositifs, il ne comporte pas de quantité maximum et il est envisagé de commander 300 radars de ce nouveau genre !

Si dans les médias ce radar mobile de nouvelle génération est appelé radar mobile-mobile, dans le langage administratif, il est dénommé ETM (Equipement de Terrain Mobile). Ce cinémomètre de contrôle routier sera intégré à un véhicule de patrouille, également appelé véhicule porteur ou VP, permettant de contrôler automatiquement la vitesse des autres véhicules, autrement appelés véhicules cibles ou VC, dans le flot de circulation.

A la lecture du cahier des charges techniques, nous pouvons déjà présenter les principales fonctionnalités de ces nouveaux radars.

Tout d'abord, ces radars devront passer inaperçu dans la circulation. Pour cela, ils ne pourront pas utiliser de flash visible par les automobilistes.

De plus, ils devront être capables de fonctionner de jour comme de nuit, indépendamment des conditions climatiques, du type de voie ou du trafic.

Les spécifications techniques demandent également que le cinémomètre soit capable de contrôler au moins 3 voies de circulation et que l'équipement soit capable de fonctionner au moins 8 heures sur 24 heures avec en moyenne 200 infractions relevées par heure.

Ensuite, les vitesses limite autorisées (VLA) seront saisies par l'opérateur à chaque changement de limitation. Mais il sera également possible de prendre en compte notamment les conditions météorologiques (pluie, brouillard) entraînant des limitations de vitesse spécifiques puisque des informations relative aux dispositions du code de la route pourront être saisies par l'opérateur et visible sur le message d'infraction (MIF).

Pour être en accord avec la législation, ces dispositifs devront fournir une ou deux photographies de l'excès de vitesse et permettre une géolocalisation de la position du véhicule avec une précision inférieure à 20 mètres.

Enfin, si le but principal de ces radars est de fonctionner en mouvement, ils devront également pouvoir fonctionner à l'arrêt. Dans ce dernier cas, ils devront être capable de contrôler la vitesse des véhicules cibles dans les deux sens de circulation.

Mais ce n'est pas tout à fait tout ... Les futures évolutions de ces radars sont déjà prévues et elles pourraient être intégrées rapidement.

Tout d'abord, « afin d’étendre l’impact du contrôle automatisé de vitesse et permettre une modification des comportements de l’ensemble des usagers», les radars devront permettre de faire la discrimination entre les véhicules légers et les poids-lourds, au même titre que les nouveaux radars fixes discriminants.

Ensuite, ils devront également permettre de désigner le véhicule en infraction lorsque la photo comporte plusieurs véhicules.

Enfin, les radars devront être capables de faire un « contrôle en approche en mouvement », c'est à dire que lorsqu'ils seront en mouvement dans le flot de circulation, ils pourront contrôler la vitesse des véhicules circulant dans le sens opposé.

Ces radars n'entreront pas en service avant, au moins, le mois de septembre. En effet, dès lors que le marché sera attribué, logiquement dans le courant du mois de mai, il faudra encore que les cinémomètres soient homologués, puis montés dans les voitures de patrouille, puis le personnel formé.

Par contre, une fois que ces étapes seront franchies, le déploiement sera rapide car il est demandé la fourniture d'au minimum 2 radar par semaine durant les 6 premiers mois, puis d'au minimum 5 radar par semaine par la suite.





Consulter tous les autres article de la catégorie Les radars en général